Les films que vous regardez en ce moment^^

Sorties cinés, adaptations TV, c'est par ici que ça se passe!
Avatar de l’utilisateur
GreenArrow GreenArrow
Grand Manitou
Grand Manitou
Messages : 25875
A remercié: 513 fois
A été remercié: 2060 fois

15 Juin 2018, 19:00  

uprising est pas mauvais, il divertit bien, le seul gros reproche pour moi, ce sont des gamins qui pilotent et le petit robot... on dirait transformers 5, pareil quoi XD

Avatar de l’utilisateur
knightwing
Modérateur
Modérateur
Messages : 3205
A remercié: 35 fois
A été remercié: 83 fois

15 Juin 2018, 19:09  

Je dis pas qu'il est mauvais, il est divertissant... En tout cas la première fois. Mais si j'avais payé 10€ pour aller le voir au ciné, je pense que j'aurais pu dire que c'est naze par contre ^^'
"Ladies, gentlemen, you've eaten well. You've eaten Gotham's wealth. Its spirit. But your feast is nearly over. From this moment on... none of you are safe." Batman, Batman: Year One

Avatar de l’utilisateur
R2C R2C
Coordinateur
Coordinateur
Messages : 7602
Localisation : Gotham City
A remercié: 123 fois
A été remercié: 286 fois
Contact :

15 Juin 2018, 23:13  

ruiz a écrit :Comment avez vous trouvé le dernier Tomb Raider ? Perso, j'ai eu un peu de mal avec l'actrice, pas assez Lara Croft pour moi, les scènes d'actions sont plutôt bien réalisés façon jeu vidéo, maintenant niveau scénar et intrigue c'est un peu léger.
Au final, j'ai trouvé ça moyen, moyen + tout juste
Vous me donnez pas envie pour le dernier Jurassic….


Si tu as joué au Jeux Vidéo elle est plutôt bonne actrice car dans le Jeu Lara est une jeune femme toute frêle qui s'en prends plein la gueule et qui devient badasse au fur et mesure de l'histoire. Après ils ont enlevé tout ce qui était magique du scénar :/

Jurassic Park bon divertissement du dimanche soir rien de plus...

knightwing a écrit :Vu Pacific Rim Uprising. Tout le charme qu'avait le premier a disparu, les acteurs sont pas très bons, et le scénario est vraiment pas génial. Je ne regrette pas de ne pas être allé le voir au cinéma celui-là... Par contre, j'ai beaucoup regretté de ne pas être allé voir le premier au cinéma ^^'


J'ai pas du tout aimé le 1 j'irai pas voir celui la ^^
Image

Avatar de l’utilisateur
Mr J
Humain
Messages : 1031
A remercié: 2 fois
A été remercié: 32 fois

16 Juin 2018, 00:39  

R2C a écrit :Tant mieux que ça t'ai plus, dans la scène de la chambre tu t'es pas dit qu'un Jurassic Park Horreur serait cool ? ^^

Totalement =) Et pourtant, d'une manière générale, je ne suis pas fan des films d'horreurs :p
D'ailleurs je pense que c'est ce qui manque le plus à Jurassic Park, dans les premiers, on se disait que n'importe qui ou presque pouvait mourir à n'importe quel moment, alors que maintenant, plus tellement... Et les scènes genre celle devant l'enclos du T-Rex ou celle dans la cuisine, je rêverais d'en ravoir du même genre dans les Jurassic World ^^

garywan a écrit :oui tant mieux, pourtant j'ai eu de mauvais échos du film (sans plus de détails) faut qu'on aille le voir aussi... Jurassic Horror c'est pas mal, peut-être un spin-off -18 avec les esprits vengeurs de dinosaures ?

Mdr là tu pars peut-être un peu loin ^^ J'ai vu qu'ils allaient revenir aux dinos "normaux", pas les hybrides... C'est pas plus mal :p
Tant qu'on voit des dinos qui sortent de nulle part et mangent des gens, ça me va :p

ruiz a écrit :Vous me donnez pas envie pour le dernier Jurassic….

On était 5 à aller le voir, et tout le monde a aimé ^^
Franchement, c'est un bon moment à passer, et je pense qu'au ciné, ça donne mieux qu'à la télé ^^

Avatar de l’utilisateur
knightwing
Modérateur
Modérateur
Messages : 3205
A remercié: 35 fois
A été remercié: 83 fois

11 Août 2018, 12:39  

Je suis le seul à avoir été déçu par Deadpool 2 ?! Ce sont les mêmes vannes que dans le premier (donc déja ils n'ont pas su se renouveler sur ce point) et en plus en moins bien. Alors oui il y a des moments drôles mais quand même, là j'ai l'impression d'avoir revu le premier mais que dans cette version du film ils ont foiré 75% des vannes ! Et puis le scénario, encore une fois, n'est pas dingue dingue donc du coup le fait qu'ils aient raté la partie humoristique se ressent beaucoup... C'est vraiment dommage.
"Ladies, gentlemen, you've eaten well. You've eaten Gotham's wealth. Its spirit. But your feast is nearly over. From this moment on... none of you are safe." Batman, Batman: Year One

Avatar de l’utilisateur
R2C R2C
Coordinateur
Coordinateur
Messages : 7602
Localisation : Gotham City
A remercié: 123 fois
A été remercié: 286 fois
Contact :

12 Août 2018, 09:37  

Je l'ai trouvé sympas sans plus
Image

Avatar de l’utilisateur
garywan
Membre du Staff
Membre du Staff
Messages : 4057
A remercié: 21 fois
A été remercié: 11 fois

12 Août 2018, 22:04  

Moins bon que le premier, mais il fait plutôt intro pour la suite. mais oui c'est la même mécanique que le premier, les vannes sont du même niveau je trouve. Mais j'ai bien aimé :-)
May the Force be with You

Trad : Cable, Cosmic Ghost Rider, Daredevil, Immortal Hulk, Infinity Countdown, Star Wars - Poe Dameron, Star Wars - Thrawn, Tony Stark : Iron Man, Weapon X

Traquemort
Humain
Messages : 85
A été remercié: 2 fois

19 Août 2018, 23:22  

Bonjour, comme Garywan, j'ai bien aimé DEADPOOL 2 même s'ils ont continué sur l'humour potache et l'autodérision (cf scènes post génériques). J'espère que le film X-Force se fera alors que je n'ai pas été un grand fan de cet équipe.

Avatar de l’utilisateur
Kaez Kaez
Membre du Staff
Membre du Staff
Messages : 221
A remercié: 5 fois
A été remercié: 16 fois

20 Août 2018, 03:35  

Je viens de finir Ready Player One. Je vais le mettre dans la catégorie "Comment ce truc peut être autant encensé ?" où il rejoindra Avatar et Star Wars VII.

Je ne dis pas que tout est à jeter tel un hater primaire mais là quand même, c'est pas très bon quoi.
Je valide la tonne de référence à repérer un peu partout, qui fait de ce film un "où est Charlie" du geek. De même, il y a quelques bonnes idées par ci par là (notamment la scène de course auto en début de film que suit la même mais d'un autre point de vue est assez formidable). Mais tout le reste est plus que critiquable : le perso principal est antipathique au possible et le fait que son acteur ait le charisme d'une huitre n'arrange rien, la réal de Spielberg est une vaste blague (comment ce type peut moins se faire moins basher que Burton alors que les deux ne sont plus que des parodies d'eux même depuis presque autant de temps ?), les incohérences sont presque aussi nombreuses que les références à la pop culture, etc.

'tention, gros pavé avec spoil :
'Fin non, pas et cetera. Le meilleur pour la fin. Le dernier point se doit d'avoir son propre argumentaire tant c'est finalement LE truc qui fait basculer RP1 de gros-blockbuster-oubliable (©Michael Bay) à gros-étron-audiovisuel.
Qu'est-ce que c'est que ce message de merde, Hollywood ? D'où, dans un film qui s'adresse à un public fan de pop-culture et aficionados du virtuel, d'où viens tu nous expliquer qu'en fait c'est pas ça la vraie vie ? On part du pitch : "dans un futur proche, le monde c'est de la merde. Tellement que pour pleins de gens, les seuls sources de plaisirs et de joies se font virtuellement dans l'Oasis. Comme pour Machin, ce héros dont j'ai oublié le nom tant il a imprimé sa marque sur mon inconscient, qui est sans argent, sans famille, sans amour et sans ami et qui passe toute sa vie dans le monde virtuel (tel un gros nolife fanboy extrémiste du créateur du jeu) où il s'est fait des potes, se fait de l'argent fastoche comme dans la première scène et devient rapidement célèbre. Heureusement pour machin qu'il y avait le monde virtuel sans quoi il aurait bien été apprendre la plongée avec des chaussures en ciment."
On arrive à la conclusion : "Maintenant Machin a plein d'ami, un appartement immense avec vue sur la ville (toujours délabrée mais la vue est belle) et un chouette fauteuil de réalité virtuel dans lequel il est assis et où le rejoint sa copine Hermione Rouquinette pour lui faire des bisous. Dans un dernier monologue pas du tout condescendant puisque c'est le héros, Machin nous explique que parmi les mesures qu'il a adopté en tant que BigBoBoss du game, l'une d'entre elle consiste à fermer 2 jours par semaines Oasis parce que LE VIRTUEL C'EST BIEN UN MOMENT MAIS LA VRAI VIE SE VIT DANS LE MONDE REEL ! Woputain ! Je suis pas adepte du smiley alors je vais rester sobre en les utilisant. Contentons nous de :hate: :bleurk: :desperate: :nonono: :objection: :fuckyou: pour faire aussi subtil que la morale de ce film. Quelle magnifique petite pastille de merde réac et conservatrice enrobée de moult geekeries sucrées.

Que je récapitule : on ratisse le public le plus large possible avec moult références tirées d'un peu partout, on vend une histoire crédible de monde d'anticipation réaliste où l'humain ne trouve son réconfort que dans le virtuel (soit une simple projection exacerbée de ce qui est déjà) pour que le/la spectateur/trice se projette facilement dans ce perso principal qui finit par atteindre les sommets... et une fois bien dedans on fait dire au perso que tout ça c'est bien gentil mais que pour avoir un peu de ça pour de vrai, faut quand même voir à se sortir les doigts dans le réel. Make the planet great again, on vous dit !

Bon, passons le fait que ça va à contresens complet narrativement parlant de tout le reste du film (le fait que le perso a réussi PARCE QUE c'était un gros nolife par exemple). Passons le fait que ça fait cyniquement écho à une scène du film où le méchant PDG de multinationale essaie de convaincre le représentant du petit peuple de le rejoindre dans le réel, en lui sortant tout un tas de références geeks qu'on lui souffle dans une oreillette pour le convaincre qu'ils sont pareils. Le truc vraiment moche, c'est que dans le matériel d'origine, Machin applique les leçons apprises dans son aventure en partageant Oasis avec l'ensemble des joueurs. Pas juste avec les potes qui l'ont aidé à gagner. Il fait pas fermer le jeu 2 jours par semaines pour que les gens puissent se déconnecter du virtuel pour revenir dans le réel (et profiter du monde merveilleux qu'est celui de la pauvreté généralisée parce que c'est chouette). Mais j'imagine que cette conclusion faisait un poil trop gauchiasse.
Being a bastard works.

Avatar de l’utilisateur
knightwing
Modérateur
Modérateur
Messages : 3205
A remercié: 35 fois
A été remercié: 83 fois

20 Août 2018, 09:19  

Kaez a écrit :
:
Je viens de finir Ready Player One. Je vais le mettre dans la catégorie "Comment ce truc peut être autant encensé ?" où il rejoindra Avatar et Star Wars VII.

Je ne dis pas que tout est à jeter tel un hater primaire mais là quand même, c'est pas très bon quoi.
Je valide la tonne de référence à repérer un peu partout, qui fait de ce film un "où est Charlie" du geek. De même, il y a quelques bonnes idées par ci par là (notamment la scène de course auto en début de film que suit la même mais d'un autre point de vue est assez formidable). Mais tout le reste est plus que critiquable : le perso principal est antipathique au possible et le fait que son acteur ait le charisme d'une huitre n'arrange rien, la réal de Spielberg est une vaste blague (comment ce type peut moins se faire moins basher que Burton alors que les deux ne sont plus que des parodies d'eux même depuis presque autant de temps ?), les incohérences sont presque aussi nombreuses que les références à la pop culture, etc.

[spoil='tention, gros pavé avec spoil]'Fin non, pas et cetera. Le meilleur pour la fin. Le dernier point se doit d'avoir son propre argumentaire tant c'est finalement LE truc qui fait basculer RP1 de gros-blockbuster-oubliable (©Michael Bay) à gros-étron-audiovisuel.
Qu'est-ce que c'est que ce message de merde, Hollywood ? D'où, dans un film qui s'adresse à un public fan de pop-culture et aficionados du virtuel, d'où viens tu nous expliquer qu'en fait c'est pas ça la vraie vie ? On part du pitch : "dans un futur proche, le monde c'est de la merde. Tellement que pour pleins de gens, les seuls sources de plaisirs et de joies se font virtuellement dans l'Oasis. Comme pour Machin, ce héros dont j'ai oublié le nom tant il a imprimé sa marque sur mon inconscient, qui est sans argent, sans famille, sans amour et sans ami et qui passe toute sa vie dans le monde virtuel (tel un gros nolife fanboy extrémiste du créateur du jeu) où il s'est fait des potes, se fait de l'argent fastoche comme dans la première scène et devient rapidement célèbre. Heureusement pour machin qu'il y avait le monde virtuel sans quoi il aurait bien été apprendre la plongée avec des chaussures en ciment."
On arrive à la conclusion : "Maintenant Machin a plein d'ami, un appartement immense avec vue sur la ville (toujours délabrée mais la vue est belle) et un chouette fauteuil de réalité virtuel dans lequel il est assis et où le rejoint sa copine Hermione Rouquinette pour lui faire des bisous. Dans un dernier monologue pas du tout condescendant puisque c'est le héros, Machin nous explique que parmi les mesures qu'il a adopté en tant que BigBoBoss du game, l'une d'entre elle consiste à fermer 2 jours par semaines Oasis parce que LE VIRTUEL C'EST BIEN UN MOMENT MAIS LA VRAI VIE SE VIT DANS LE MONDE REEL ! Woputain ! Je suis pas adepte du smiley alors je vais rester sobre en les utilisant. Contentons nous de :hate: :bleurk: :desperate: :nonono: :objection: :fuckyou: pour faire aussi subtil que la morale de ce film. Quelle magnifique petite pastille de merde réac et conservatrice enrobée de moult geekeries sucrées.

Que je récapitule : on ratisse le public le plus large possible avec moult références tirées d'un peu partout, on vend une histoire crédible de monde d'anticipation réaliste où l'humain ne trouve son réconfort que dans le virtuel (soit une simple projection exacerbée de ce qui est déjà) pour que le/la spectateur/trice se projette facilement dans ce perso principal qui finit par atteindre les sommets... et une fois bien dedans on fait dire au perso que tout ça c'est bien gentil mais que pour avoir un peu de ça pour de vrai, faut quand même voir à se sortir les doigts dans le réel. Make the planet great again, on vous dit !

Bon, passons le fait que ça va à contresens complet narrativement parlant de tout le reste du film (le fait que le perso a réussi PARCE QUE c'était un gros nolife par exemple). Passons le fait que ça fait cyniquement écho à une scène du film où le méchant PDG de multinationale essaie de convaincre le représentant du petit peuple de le rejoindre dans le réel, en lui sortant tout un tas de références geeks qu'on lui souffle dans une oreillette pour le convaincre qu'ils sont pareils. Le truc vraiment moche, c'est que dans le matériel d'origine, Machin applique les leçons apprises dans son aventure en partageant Oasis avec l'ensemble des joueurs. Pas juste avec les potes qui l'ont aidé à gagner. Il fait pas fermer le jeu 2 jours par semaines pour que les gens puissent se déconnecter du virtuel pour revenir dans le réel (et profiter du monde merveilleux qu'est celui de la pauvreté généralisée parce que c'est chouette). Mais j'imagine que cette conclusion faisait un poil trop gauchiasse.



Je trouve dur, scénaristiquement parlant le film n'est pas révolutionnaire (et puis il est basé sur un bouquin, donc si tu as un problème avec le pitch de départ c'est surtout à cause de son auteur), mais visuellement je le trouve génial (bon, c'est vrai que le plan final est un peu naze ^^'). Et puis concernant la conclusion et le message que veut faire passer le film, il est simple (pour une histoire simple), pour parler à tout le monde. En gros ce film est un film feel good, faut pas chercher plus loin.

PS: Par contre je suis curieux de savoir à quelles incohérences tu fais références ? (parce que quand j'aime un film j'ai tendance à en occulter inconsciemment ^^')
"Ladies, gentlemen, you've eaten well. You've eaten Gotham's wealth. Its spirit. But your feast is nearly over. From this moment on... none of you are safe." Batman, Batman: Year One

  •   Information
  • Qui est en ligne ?

    Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 0 invité